• AMANDINE LOPES

JUMP #2, j'ai un merveilleux projet !

Douze jeunes artistes venus de différentes disciplines artistiques (arts visuels, théâtre, danse, musique) ont présenté au cours de la soirée du 27 janvier 2022 le résultat d’un travail de plusieurs mois. Trois oeuvres nouvelles et audacieuses - entre performance et expérience - pour dévoiler au public des formes artistiques inattendues où chaque sens est sollicité.


JUMP, C'EST QUOI ?

JUMP - J’ai un merveilleux projet est un incubateur coopératif et pluridisciplinaire qui permet une rencontre entre douze artistes locaux – qui n’auraient sans doute jamais travaillé ensemble – issus d’horizons différents accompagnés par un coordinateur. L’objectif de ce dispositif de collaboration, inédit en France, est de favoriser l’émergence de formes artistiques nouvelles où chaque discipline trouverait sa place et sa force. Il va parallèlement renforcer la coopération entre différentes institutions culturelles locales.


La formation et l’insertion professionnelles sont au coeur des enjeux du projet JUMP. Le territoire du Centre-Val de Loire – et notamment Tours – est historiquement un territoire d’accompagnement à la création. JUMP est une initiative de l’École supérieure d’art et de design TALM-Tours, d’Écopia, de Jazz à Tours et du Centre dramatique national de Tours – Théâtre Olympia, financée par le Ministère de la Culture, la Région Centre-Val de Loire, Touraine le Département et la Ville de Tours.



L’ENJEU : COMMENT PRÉPARER ET ACCOMPAGNER L’ENTRÉE DES ARTISTES DANS LA VIE PROFESSIONNELLE ?

JUMP est un dispositif à triple détente : d’abord des formations sur l’entrepreneuriat culturel, sur l’environnement socio-professionnel ; ensuite un suivi individuel dit de « compagnonnage » qui place l’artiste dans un réseau ; enfin, le point d’orgue de JUMP, la création d’oeuvres collectives qui étaient visibles le 27 janvier 2022 au 37e parallèle.

JUMP porte aussi l’ambition de sortir les jeunes artistes d’un possible isolement professionnel, de valoriser leur démarche et leurs créations, en vue d’une professionnalisation durable.



LES LAURÉATS

Les douze artistes : Anne-Lise Voisin, Justine Gagner, Chloé Jeanne, Joëlle Forestier, Maxime Ducharme (plasticiens), Diane Pasquet, Quentin Mabit (comédiens), Léa Carlosema, Marie Chapron (danseuses), Jérémie Frémont, Vincent Negrao, Jérémie Martin (musiciens).

Léa Carlosema – danseuse

Danseuse classique pendant une dizaine d’années, Léa s’est ouverte à d’autres styles tels que le jazz, le lindy hop ou encore la danse contemporaine. Elle découvre le flamenco en 2010, se professionnalise à Séville, elle organise des stages et des spectacles de flamenco en Touraine. Sa pratique artistique se nourrit de projets interdisciplinaires (« Pièces Jointes » : théâtre-danse-musique ; « NosotrAs » : flamenco-contemporain, collaboration avec CHEVALIEN).


Marie Chapron – danseuse et comédienne

Artiste autodidacte, danseuse, comédienne et performeuse, elle met au coeur de ses projets la pluridisciplinarité et la collaboration avec divers artistes. Centrée sur un travail essentiellement corporel, sa démarche artistique s’inscrit au travers de formes hybrides dans des propositions in situ et immersives. Elle s’engage en 2020 avec la création de son solo chorégraphique CAGE, soutenu par le bureau d’accompagnement La Belle Orange.


Maxime Ducharme – plasticien

Diplômé de l’Enseignement supérieur avec un Master en Art et Médias (DESMA) obtenu à l’école Média Art Fructidor de Chalon-sur-Saône, Maxime est passionné de cinéma, bande dessinée et par la notion de paysage. Sa pratique se développe par le dessin, la sculpture, l’installation sonore et la réalisation de courts métrages.


Joëlle Forestier – plasticienne

Entre projection dans le futur et emprunt de figures mythologiques, Joëlle tente de constituer une archéologie contemporaine fictive qui interroge notre société en mutation constante. L’univers mi-scientifique, mi-alchimiste de son travail, établit l’élaboration d’une recette dans une tentative de cristallisation des formes et du contexte historique factice ou réel.


Jérémie Frémont – musicien

Pianiste claviériste, compositeur et producteur tourangeau formé aux musiques actuelles et à la musique classique, Jérémie s’est investi ces dernières années dans le champ de la musique électroacoustique. Composant pour le monde de l’audiovisuel et le spectacle vivant (tels que Seyhn Sohl ou Gumbo Jam), sa technique tend souvent à unifier les opposés, amener des matériaux disparates vers une harmonie commune. Il travaille à l’élaboration d’un studio de mixage et de production à Tours.


Justine Gagner – plasticienne

Artiste plasticienne diplômée de l’École nationale supérieure d’arts de Bourges depuis 2019, son travail d’installation pluri médium trouve ses sources dans des expériences hétéroclites dont un voyage marquant en Amérique centrale en 2017 puis l’assistanat de scénographe théâtrale en 2018. Récemment, elle tourne son univers vers la création d’ateliers pour enfants.


Chloé Jeanne – plasticienne

Diplômée avec les félicitations du jury de l’EESAB Quimper en juin 2018, Chloé entreprend ensuite un post-diplôme recherche au sein de l’ECOLAB (ÉSAD Orléans), ce qui lui permet d’être accueillie au Centre de Biophysique Moléculaire (CNRS Orléans) en tant qu’artiste invitée. Sa pratique s’oriente vers le vivant et les biomatériaux.


Quentin Mabit – comédien

Comédien, Quentin s’est formé au jeu au DEUST Théâtre de Besançon puis au Conservatoire à Rayonnement Régional de Tours. Il travaille avant tout avec des compagnies implantés en Région Centre-Val de Loire, que sont le collectif Le Poulpe, la compagnie le Théâtre du Sous Sol et la compagnie La Tumulte.


Jérémie Martin – musicien

Batteur, percussionniste, compositeur, arrangeur et récemment diplômé de l’école Jazz à Tours, on le retrouve aujourd’hui dans les groupes Toto et les Sauvages (Hippie/pop), Le FernandTet (Free Jazz/Musique improvisée) ou encore Ground Control (Jazz électrique). Il est également comédien et créateur sonore dans la pièce Fara-Fara (Alice Carré, mise en scène Malick Gaye). Ouvert sur les musiques du monde, il a une appétence particulière pour la composition et l’improvisation.


Vincent Negrão – musicien

Batteur et compositeur diplômé du conservatoire de Tours en 2017 avec les félicitations du jury, il sera récompensé par la SACEM pour ses compositions dans son projet de fin d’étude. Artiste du spectacle vivant, Vincent diversifie les expériences en composant, la musique à l’image et le théâtre.


Diane Pasquet – comédienne

Après des études de théâtre au Conservatoire d’Orléans et de Lyon puis à l’École Supérieure du Théâtre National de Bretagne à Rennes, Diane rejoint l’Ensemble artistique du Théâtre Olympia- CDN de Tours comme comédienne. Elle programme le WET et joue dans L’Ile des Esclaves de Marivaux (mis en scène par Jacques Vincey) et Monuments Hystériques de Vanasay Khamphommala. Elle monte son collectif NEON TROPICAL avec Paul Berthomé et Victor Badin, créateurs lumières. Iels lancent les projets : spectacle hybride (Puberté Zéro), construction de scénographie et création de soirées alternatives. Elle travaille en collaboration avec Valentin Pedler, lauréat JUMP1, sur des lectures sonores en quadriphonie.


Anne-Lise Voisin – plasticienne

Artiste plasticienne, Anne-Lise s’est formée à TALM-Tours. Entre observation du réel et création de fiction, son envie est de donner aux objets et aux images un pouvoir de narration ; développée à travers une oeuvre variée (photographie, écriture, son, installation, vidéo, sculpture). Elle a pris part à des expositions collectives à Bruxelles, Arles ou encore Pékin, a été artiste en résidence à Mode d’emploi (Tours) et à la Rue



LES PROJETS

Paysages – de Jérémie Martin, Quentin Mabit, Maxime Ducharme et Justine Gagner.

Paysages est une symphonie inhabituelle et saugrenue où dialoguent musique, dessin, théâtre et installation plastique. Elle vous convie à un grand voyage sur place, une balade vivante et poétique dans des paysages physiques, sensibles et invisibles. La fabrication en direct d’un espace de rêverie où les images et les sons s’assemblent, vous plongent dans différents espaces, entre milieu naturel et urbain, afin de proposer une méditation sur notre relation à nos environnements.


Phéromones – de Marie Chapron, Joëlle Forestier, Diane Pasquet et Vincent Negrão.

Phéromones est une installation érotico-gustative, plastique et sonore qui se savoure les yeux bandés. Ce voyage culinaire laisse échapper quelques extases physiques, quelques mots, quelques odeurs. Cette expérience immersive plonge les spectateur.ice.s dans une épopée poétique, un récit épistolaire fragmenté qui s’attache à mettre en lumière la circulation du désir, sa manifestation invisible, et ses restes.


Tisser les liens du sensible – de Jérémie Frémont, Chloé Jeanne, Anne-Lise Voisin et Léa Carlosema

Tisser les liens du sensible est une installation performative offrant aux spectateur.trices une expérience sensible et poétique des matières visuelles, sonores, olfactives, tactiles. Est proposé un nouvel espace d’expérimentation où les corps rentrent en relation avec des matières parfois douteuses, organiques, intrigantes, attirantes. Le formel et l’informel tissent de nouveaux liens, les corps deviennent matière et les matières font corps avec l’espace. Le.a spectateur.trice est libre de rester contemplateur.trice ou de devenir explorateur.trice. L’installation, une fois la performance terminée, a une vie indépendante des corps qui l’activent.



So Sweet Event était en charge de la production des temps de résidence et des créations des 3 projets des lauréats.


Plus d'infos sur le site internet : https://jump-incubateur.fr/